Vous êtes ici

Moulinage du Solier

Quand l’innovation mène à l’export. Entretien avec Pierre-Yves Suchail, directeur de Moulinage du Solier, PME fabricant des fils textiles techniques.

M. Suchail, quel élément déclencheur vous a incité à un développement à l’international ?

L’élément déclencheur a été la fabrication de nos propres produits. A l’origine, nous étions sous-traitants à 100% et nous avions une clientèle exclusivement française. En 1998, nous avons organisé un service de Recherche et Développement, en collaboration avec nos clients, qui nous a permis de créer notre premier produit pour Eurocopter. Et d’envisager de vendre hors de nos frontières. 

Comment avez-vous procédé ? 

Dans un premier temps, la question principale était de savoir où et comment exporter. Nous avons donc présenté notre projet aux CCI du Puy-en-Velay et de Clermont-Ferrand. Elles ont mené une étude pour identifier les marchés à fort potentiel et ont identifié l’Allemagne comme le pays incontournable, en tant que consommateur mais aussi en tant que producteur de fils techniques. Cela signifiait donc que nous allions être en concurrence avec de nombreuses sociétés allemandes. Cependant, notre petite taille nous donnait plusieurs avantages : être plus réactif et compétitif sur de la production de petites quantités.

Quelles ont été les différentes étapes dans votre démarche ? 

Avec l’aide de la CCI, puis de la COFACE et de l’ARDE, nous avons programmé nos actions à l’export. La première étape était de réaliser un état des lieux du marché. Pour cela, nous avons recruté un VIE (Volontaire International en Entreprise) à temps et coût partagés. Notre VIE a réalisé une étude de marché et a travaillé sur le développement commercial. Cela nous a permis d’identifier que le marché allemand du textile technique était assez fermé. Il a donc fallu prouver notre technicité, notre sérieux et devenir encore plus exigeant quant à notre réactivité. 

Une fois le VIE terminé, quelle a été votre décision ? 

Nous voulions donner suite à ce travail et avons décidé d’engager un agent, également à temps partagé. 

Quels ont été les résultats ?

Il a fallu attendre la fin du VIE, soit quasiment 2 ans, pour que les entreprises allemandes commencent à nous faire confiance. Avec notre agent, nous avons gagné en notoriété. Cette année, nous avons eu de nombreux contacts et des projets à long terme. Désormais, l’export représente 6-7% de notre chiffre d’affaires et nous nous sommes fixés un objectif de 15% pour fin 2012.

Aujourd’hui, qu’envisagez-vous pour votre développement à l’international ? 

Nous recherchons maintenant des grandes structures qui envisagent d’établir des partenariats avec des entreprises de plus petite taille, pour gagner en flexibilité et en réactivité. De plus, notre activité de fabrication en propre nous permet d’être en contact avec des entreprises anglaises, belges ou hollandaises.

Hormis le conseil, comment avez-vous été aidé par les différents organismes ?

Nos produits innovants nous ont permis de bénéficier de taux intéressants pour les assurances prospection de la Coface. L’ARDE nous a aidés en finançant une partie de la mise en place du VIE, ainsi que notre présence sur un salon professionnel. Nous avons également obtenu des aides de la région. De plus, la cellule export d’AVIA nous a beaucoup accompagnés en nous proposant des pistes de développement et en nous apportant des contacts intéressants. *

Article extrait d'Auvergne Business Infos / Mars 2012

Moulinage du Solier en quelques mots :

Créée en 1987 par Ernest Suchail

Basée à Dunières en Haute-Loire

6 collaborateurs

Site web : www.moulinagedusolier.com

Prix du primo-exportateur 2010 de la Région Auvergne

Prix du primo-exportateur 2011 de la CCI du Puy-en-Velay

?

 

Votre contact

Cécile Cubizolle
Chargée de mission / Pôle International

c.cubizolle@arde-auvergne.com

+33 (0)4 73 19 60 21

Partager

tweet