Vous êtes ici

IRP : l'expert européen des probiotiques

Entretien avec Magali Cordaillat-Simmons, responsable scientifique de l’Institut de Recherche en Pharmabiotique (IRP).


Magali, comment est né l’IRP ?

L’Institut de Recherche en Pharmabiotique a été créé en 2010 par trois entreprises installées en Auvergne : Lyocentre, Biovitis et Lallemand. À l’origine, ce sont des producteurs de souches probiotiques, des fermenteurs, qui se sont alliés pour faire face à une difficulté de règlementation.

Quelle est cette difficulté ?

Le cadre règlementaire actuel intègre les probiotiques dans le statut “complément alimentaire”, qui correspond à des produits dédiés à des consommateurs en pleine santé souhaitant agir en prévention. D’autre part, des preuves de concept existent concernant le potentiel thérapeutique des probiotiques. Mais le cadre règlementaire actuel est trop incertain pour que les industriels puissent déposer des demandes d’autorisation de mise sur le marché du médicament.

Que sont précisément les probiotiques ?

Pour faire simple, ce sont de bonnes bactéries qui aident au bon fonctionnement du corps humain ! Mais si l’on reprend la définition de l’Organisation Mondiale de la Santé, les probiotiques sont des microorganismes vivants qui, administrés en quantité suffisante, confèrent un bénéfice sur la santé de l’hôte, un être humain ou un animal.

L’Auvergne se démarque-t-elle dans ce domaine ?

Oui, elle est à la pointe car personne avant les 3 membres industriels fondateurs de l’IRP ne s’était positionné sur les aspects règlementaires des probiotiques santé, dans le cadre de la réglementation actuelle. Ils ont réuni par la suite les grands producteurs européens afin de faire évoluer le positionnement de l’agence européenne de santé (EMA) par rapport à ces produits.

Qui compose l’IRP ?

Il est composé d’entreprises, de laboratoires et d’universités. La particularité du cluster est qu’il compte seulement 5 entreprises auvergnates. Les autres sont belges, allemandes, italiennes, danoises, anglaises…

Quelle est la prochaine phase de votre projet ?

Pendant deux ans et demi, nous avons réaliséun lourd travail d’analyse pour identifier les  points de difficultés et les solutions adéquates vis-à-vis de la règlementation. Aujourd’hui, nous sommes clairement positionnés comme expert dans le cadre du montage de dossier de demande d’opinions scientifiques vers l’agence européenne du médicament. L’objectif à moyen terme est de faire émerger ces dossiers et que davantage d’industriels puissent s’orienter vers le développement de probiotiques médicaments.

Plus d’informations : www.pharmabiotic.org

Votre contact

Sarah Vannucchi
Directrice Adjointe

s.vannucchi@arde-auvergne.com

+33 (0)4 73 19 60 20

Partager

tweet