Vous êtes ici

E2IA : quand l'environnement crée de la richesse

Entretien avec Stéphanie Bougro, animatrice du cluster E2IA (Eco-Entreprises pour l’Innovation en Auvergne).



Stéphanie, quelle est l’origine de la création d’E2IA ?

E2IA a été créé en 2008 par 4 chefs d’entreprises régionaux. L’objectif premier était de mutualiser les offres des éco-entreprises de la région pour avoir plus de poids auprès des grands comptes. L’idée était aussi de structurer la filière et de faire savoir que l’Auvergne comptait un réel vivier d’entreprises innovantes.

 

Comment définissez-vous les éco-entreprises ?

Une éco-entreprise est une entreprise dont le but est de réparer, de réduire ou de préserver les atteintes à l’environnement engendrées par l’Homme.

C’est ce type d’entreprises que nous regroupons en Auvergne. Elles ont des activités très variées : air, énergie, traitement des sols ou des déchets, eau, santé, conseil… Cependant elles ont un point commun : elles sont toutes tournées vers une stratégie d’innovation et de recherche-développement. En effet, notre objectif est de créer du lien entre les écoles, les laboratoires et les entreprises. La dimension innovation est donc très importante.

 

Quelle est la dynamique du secteur des éco-entreprises en France et en Auvergne ?

C’est un secteur en forte croissance, soutenu par les pouvoirs publics. Aujourd’hui, une vraie filière s’est structurée notamment autour du PEXE (association pour la promotion et le développement international des éco-entreprises de France). Cette dynamique se ressent en région, où de nombreuses jeunes entreprises innovantes ont été soutenues par les institutions.

Cependant, tout n’est pas parfait ! La crise s’est tout de même faite ressentir, notamment sur des activités comme le conseil ou le secteur du photovoltaïque. De plus, la filière est très concurrentielle. L’innovation revêt donc une grande importance pour permettre aux entreprises de continuer de se développer.

 

Quelles sont les dernières grandes actions d’E2IA ?

Nous avons organisé des événements internes tels que les Rencontres E2IA qui ont permis aux membres de mieux se connaître et de faire émerger des partenariats. Nous avons également participé au salon Pollutec Paris en 2011. Nous avons également un projet collaboratif en cours portant sur une étude sociétale des conflits environnementaux. Et 3 nouveaux projets sont en cours de rédaction pour l’obtention de Bourses Recherche Filière.

 

Quelles sont vos pistes de développement à court terme ?

Aujourd’hui, nous nous rapprochons de clusters à un niveau européen. Nous travaillons aussi sur la communication externe d’E2IA pour mieux valoriser les savoir-faire de ses adhérents. Nous sommes par exemple en cours de finalisation pour un partenariat de communication avec l’ESC Clermont.

Enfin, sur le volet laboratoires, nous avons entamé une collaboration avec la fédération de recherche en environnement.

Chiffres clés

  • E2IA regroupe aujourd’hui 24 adhérents
  • Représentant un millier d’emplois, dont 400 en R&D
  • 84 millions d’euros de chiffres d’affaires.

Partager

tweet